Après la pluie, l'orage, les tsunamis de larmes, où est le soleil?

samedi, avril 15, 2017 Céline 1 Comments

Huit ans , c 'est ce qui nous aura fallu pour avoir notre premier enfant. Et des centaines de traitements, une opération et beaucoup de larmes de peine et de joie...
je ne regrette rien. Aujourd'hui j'ai trois merveilleux bambins , qui a l instant où j'écris ces lignes squattent mon lit et respirent à l'unisson. Mes trois petits arc en ciel qui font de moi une maman comblée.

Je l'ai écris ici, l' infertilité est une brûlure. Même avec des enfants, on ne peut pas l'oublier. On est marqué à vie. On y pense tous les jours. Ce sera toujours mon cas.

J'ai appris hier, que deux poussières d'anges avaient quitté le nid douillet que mon amie d'enfance leur avait fait. Deux merveilles attendues depuis des lustres. 
Deux merveilles issues de la PMA et surtout du don d'ovocytes.

Un +++ sur un petit bâtonnets qui avait le goût du bonheur après une pluie d'échecs...

Ce n'est vraiment pas juste. Une grossesse aussi précieuse  et aussi désirée qui se termine ainsi , ne devrait pas donner autant de désespoir et de souffrance.
Désespoir de ne plus avoir d'implantation , puisque c est la seconde et dernière . Souffrance, de ne plus avoir d'espoir  de trouver une solution en France et de ne pas pouvoir se tourner vers l'étranger faute de moyens.

J'espère qu'un jour la loi changera , car deux essais c est peu . Surtout quand on sait que les Fiv traditionnelles en ont quatre et parfois des Fiv bis...et que de nombreux embryons ne sont pas implantés à cause de ces deux essais seulement...

J'ai une peine immense pour elle. Une peine immense et je sais qu'aucune parole ne pourra l'aider, ni apaiser sa peine. Sa colère est tel un tsunami qui emporte tout sur sa route...
 Cette souffrance. Et cette perte, je l'ai éprouvé en 2006. Et j'en suis marquée.
Mais je n'avais pas ses pathologies...
Pour elle, cela marque la fin de tellement de choses.

Aucune femme ne devrait subir la perte d'un enfant. Et aucune femme ne devrait avoir à vivre avec l'infertilité.

Alors petites poussières d'anges prenez soin de votre maman . Qu'elle reprenne des force, qu'elle retrouve la force d'y croire et qu'un jour elle puisse enfin réaliser son rêve de maternité. N'oubliez pas d'indiquer le chemin à la cigogne, car elle a l air perdue autant que les mouettes en pleine tempête...

En attendant, je lui envoie un million d'arc en ciel. Car après la pluie, vient le beau temps...




1 commentaire :

  1. C'est très beau malgré tout.
    Je souhaite aux cigognes de trouver le chemin.
    💓

    RépondreSupprimer