Que cherchez-vous sur le blog?

samedi 16 juin 2018

Stérilisation, un choix à faire : mon choix

De Le samedi, juin 16, 2018
Je dois faire un choix. Ce choix, il y a deux ans, je n'étais pas prête à l'envisager, ni même à y penser.

Dans ma tête, j'étais encore infertile.
J'avais encore besoin de traitement, si j'avais envie de tomber enceinte.
J'avais encore besoin d'aide pour enfanter.

 J'entends encore la jolie phrase de mon gynécologue, quand je lui ai demandé une contraception:

"bénéfices risques avec vous, cela ne sert à rien, vous ne tomberez pas enceinte". 

J'ai ri  en pensant à lui, en découvrant mon test de grossesse, puis le second, puis le troisième juste pour vérifier. On ne sait jamais!

J'ai ri en voyant sa tête lors de l'écho des 12 sa. Qu'il a fait lui même, en s'excusant presque...

 Mon utérus si longtemps défaillant, ne l'est plus.  Et l'obstétricienne qui va me césariser me l'a confirmé:
"Maintenant , vous êtes fertile".

Il faut donc que je prenne la décision de risquer une cinquième grossesse, et une future cinquième césarienne, ou de mettre fin à mon désir de maternité.

En vrai, cette décision, je l'ai prise dès que j'ai su que j'étais enceinte.
Quarante et quatre enfants c'était trop pour moi.
C'était comme une claque de dame nature. La claque qui te retourne la tête, telle un tsunami.
Je n'étais pas prête à être "fertile", et encore moins enceinte ... 

J'ai longtemps rêvé d'une famille . Et j'ai cette chance immense, d'avoir mes rêves qui se sont réalisés. Ce n'est pas donné à tout le monde, je le sais.
Mais je n'ai plus envie d'être de risquer ma vie avec des grossesses pathologiques.
Ni de risquer des malformations ou risquer la vie d'un enfant qui n'est pas encore né. C'est une grande responsabilité qu'il faut assumer comme pour cette seconde malformation cardiaque à venir...

J'ai pris la décision de me faire ligaturer les trompes, durant ma césarienne. 

Ce n'est pas la plus facile des décisions que j'ai dû prendre.
Il a fallu que j'accepte d'avoir été infertile et surtout,  de ne plus l'être.
D'avoir laissé 8 ans de ma vie, à entendre "vous n'aurez jamais d'enfants".
D'avoir perdu un organe, mon pancréas, juste à cause de mon désir de maternité pendant un opération pour un bilan complet d'infertilité...
Et de ne plus avoir désirer . De ne plus vouloir d'enfant . Faire le deuil de la maternité...

Trois c'était bien, quatre ce sera parfait.  Mais Basta !

Il n'y aura ni cinquième, ni un autre enfant porté dans par mon utérus, qui n'est plus tout à fait défaillant, mais qui reste un petit farceur surprenant...

J'aime à me dire, que chaque chose à un sens . Et que cette grossesse devait être quoiqu'il arrive.
Que cet enfant doit être.Surtout vu le parcours compliqué qu'il a dû entreprendre pour arriver là...
Au départ, ils étaient deux, puis il était seul à l'issu du premier mois, ...

Mais ce sera la dernière grossesse . La der des der. Et je n'ai pas de regrets.

Je suis maman, et je suis une future maman  libre, d'avoir accepté de prendre cette décision.

C'est ce qui est étrange et, curieusement  tranquillisant. Je sais que mon choix est le bon.

Je reviendrais sur le sujet de la ligature des trompes, ou de la stérilisation, puis en profondeur.
Parce qu'il est intéressant d'aborder la stérilisation dans son intégralité , et pas seulement, dans son aspect personnel. Et surtout d'en connaitre les risques, les conséquences et surtout les possibilités.


C'est intime. Ce n'est pas tabou. C'est un choix: Mon choix de femme. Notre choix de couple.

Cette décision, je n'ai jamais cru devoir la prendre. Dans les plus intimes pensées personnelles, j'ai toujours été contre toute intervention de ce style, pour moi. D'ailleurs, je pense que je le suis encore.
Mais la réalité se rappelle à moi, elle jongle avec le temps, la vie, et la santé.

Alors ce choix, est pris.
Ce choix, je le fais en toute connaissance et en toute harmonie avec moi-même.
Et ce choix, il faut que je le confirme par écrit en signant, ce document déjà rempli par mon obstétricienne  ...



vendredi 15 juin 2018

S'équiper pour un quatrième : évaluer les besoins

De Le vendredi, juin 15, 2018


Quand j'ai eu mon fils aîné, nous nous sommes équipés avec du matériel de puériculture neuf.
Et j'ai pris le temps de choisir telle ou telle chose, sans savoir si j'allais en avoir besoin. J'ai suivi ce
que j'avais déjà vu chez ma mère, chez ma famille, chez des amies, sans jamais me poser la question du besoin réel de mon fils, ou encore sur l'impact écologique de ce que nous achetions. 
J'étais prise d'une frénésie compulsive d'achats pour mon enfant si longtemps attendu.

Quand Adam est né, nous avions tout. Mais j'ai cessé de me servir du parc rapidement, de la baignoire en plastique, et d'autres petites choses. 
Je n'ai que peu utilisé le couffin que l'on m'avait offert, alors qu'il m'était "indispensable"pour Arthur. Il a alterné lit bébé et  cododo. 
Je crois que ma seule dépense a été mon écharpe de portage d'occasion, trouvée sur le Boncoin pour une trentaine d'euros.
En réalité, j'avais déjà pris de nouvelles habitudes , mais je ne le savais pas.

Pour Apolline, nous nous étions débarrassé, en déménageant, de beaucoup de choses comme le trotter qui avait tellement aidé Arthur à marcher, et qui n'avait pas trouvé bonheur  absolu avec Adam. Nous avons relégué dans le garage le parc pour "plus tard"... Et qui n'a jamais été ouvert.  Ou encore  le transat si vital pour Arthur, si important pour Adam et tellement encombrant pour ma fille qui ne restait pas en place.  J'avais amorcé la motricité libre au fil de mes lectures depuis 2013. Et donc, ce matériel ne m'était pas/plus indispensable.

Aujourd'hui, je souhaite continuer sur notre lancée. Mais en réfléchissant encore mieux à nos achats. 

Je dois donc faire le point sur ce dont j'ai vraiment besoin. Evaluer vraiment ce que dont bébé aura besoin.  Et commencer à m'équiper à sept mois de grossesse déjà. Alors que la chambre, n'est toujours pas commencée, alors que je n'ai encore rien acheté.

N'étant pas pratiquante absolue de la pédagogie Montessori, je ne mettrais pas le lit par terre.
Mais je vais donc créer le coin "NIDO".
J'ai vu les effets de la motricité libre sur Apolline, et  je suis convaincue de son bienfait.

Ai-je besoin de beaucoup, non je ne crois pas. Je suis vraiment en réflexion, sur ce que nous allons acheter. J'avoue que notre petit changement de consommation ouvre la porte à une réflexion plus "minimaliste". Même si nous en sommes très loin. Mais en vrai, avons-nous besoin pour notre quatrième de beaucoup?  Et pourtant, nous avons déjà tant avec nos quasi quatre enfants en moins de six ans.

 Ce que je possède déjà :
  •  LIT.
  • Table à langer + plan à langer dans la salle de bain.  
  • Poussette multi utilisation : cosy siège auto, landau. achetée pour Apolline et qui a déjà bien servie. 

Et la liste non exhaustive qui va évoluer, que je dois acheter, troquer, chiner ou créer ...
  • deux housses à langer + petites serviettes à poser dessus. (que je vais faire)
  • langes (j'adore les langes)
  • lingettes lavables / débarbouillettes (on en a jamais assez)
  • sac à langer / pochette à langer  (en vrai, j'utilise une trousse de toilette qui fait bien son usage et qui se glisse au fond du sac rapidement)
  • écharpe de portable ou sling (mais la mienne me suffira si je ne trouve pas ce que je veux)
  • 2/3 biberons en verre  (exit le plastique)
  • matelas pour le NIDO
  • tapis / couverture pour le NIDO
  • mobiles Montessori
  • Images en N/B pour NIDO  que j'ai trouvé à imprimer.
  • sucette en caoutchouc au cas où (difficile à trouver )

Je ne parle que "matériel" et non de toute la puériculture. Car évidemment, en  six ans, nous avons changé notre consommation de produits de puériculture, et tout ce qui concerne  les besoins de bébé au quotidien.

Cette quatrième grossesse, marque un tournant dans notre façon de voir notre parentalité.
En tout cas, on apprend de ses erreurs, et on tend à en faire moins avec le temps ...









jeudi 7 juin 2018

Brève de maman : Le laisser grandir, chaque jour un peu plus ...

De Le jeudi, juin 07, 2018
Mon Adam n'est plus un bébé.

Il a quatre ans et demi. Un caractère espiègle , une grande volonté et un fort caractère.

En vrai, il a quatre ans et demi, mais pour moi, il est né hier. Ce colosse aux pieds d'argile, ce petit chou au coeur fragile, mon petit chéri.

Adam est "un petit grand", ou "un grand petit". Cela dépend des jours, cela dépend de son humeur.

Je continue à l'aimer en salopette, avec sa sucette . Comme quand il était bébé, parce que dans mon coeur de maman, c'est encore un tout petit.

Puis, il m'a demandé, de lui couper les cheveux comme son frère. Court... 
Avec des "pics" pour mettre du gel comme papa. Parce que papa met du gel tous les jours.
Il m'a presque supplié, parce que je ne voulais pas...

Je l'ai regardé dans les yeux. Lui qui est passé de jolies boucles blondes à la coupe au bol.
Lui qui a cette couleur de cheveux blond comme le blé l'été et d'une grande douceur ...

Et j'ai dit "oui, mon grand".

Le voilà, mon  rêveur, mon bébé câlin, mon si doux Adam, rentré dans le monde des "petits grands", ou des "grands petits",  toujours plus espiègle, et avec cet air coquin, que je ne lui connaissais pas.

Je le regarde, et je l'ai vu grandir d'un coup.  Mais tout au fond de moi, il reste mon tout petit à moi.

mercredi 6 juin 2018

Aménager la chambre du futur bébé et d'Apolline avec un petit budget...

De Le mercredi, juin 06, 2018
Il reste un peu plus de deux mois  et demi, avant la naissance programmée de notre bébé surprise.
Il est temps de lui préparer un petit espace à partager avec Apolline.

Pour Apolline, nous avons posé les meubles sans réfléchir à la décoration nous venions d'emménager et nous n'avions pas pris possession de la maison. Presque aucune décoration  n'a été faite. J'ai juste rajouté au mur une lampe applique trouvée à 1€ et quelques papillons en papier.

Là, j'ai vraiment envie de m'investir dans leur chambre . Qu'elle soit douce et surtout personnelle.

Avant de commencer, il fallait que je fasse le point sur ce que nous avons déjà. Et il va s'en dire que j'ai tout, ou presque avec 4 grossesses en 6 ans ...

Le lit bébé et la table à langer (Ikea), une commode à partager (récup et custo), lit pliant cododo pour l'allaitement de la nuit ou encore landau etc ...

Et honnêtement, pour tout ce qui reste à acheter, je n'ai pas un gros budget. 
Il manque,  le futur lit de grande d'Apolline . Parce que oui, à 22 mois fin juin, nous la passerons en lit de grande. Comme ses frères nous prendrons un lit basique Ikea. Elle s'y endort souvent chez ses frères, donc elle doit s'y sentir bien. Et j'espère qu'elle fera de belles nuits dedans...

Je suis partie faire un tour sur  Pinterest, pour faire un première esquisse de ce que je cherchais couleurs, et envies.
Mon coeur balançait pour deux styles . L'un couleurs Arc en Ciel qui donnait du peps , et l'autre dans les tons  pastels. Mon mari a tranché pour le pastel, plus doux plus calme ...


Il y a donc beaucoup de fait main, enfin pardon de Do It Yourself. Comme pour les décorations murales,  la penderie tipi, et les petites peluches, mais l'idée est là.

Voici  la liste des liens que je trouvais intéressants à partager :

La petite suspension à faire soi-même. Adorables pour certains modèles.


La boutique Sous le Lampion pour un belle décoration  de lampions . Je suis fan des modèles et des kits décoration.


Les petites étagères murales que je trouve adorables chez Vert Baudet. Mais que je vais surement fabriquer moi-même.


Pour le lit et la lampe c'est sur le site du Suédois que cela se passe.
Et comme c'est mon mari, qui va aller faire les achats sans enfants, et avec tout la place disponible dans notre voiture, j'ai préparé la liste d'achats IKEA .
Je sais qu'il rajoutera quelques petites choses, mais au moins, il ne sera pas perdu dans les rayons comme une âme en peine. Lui qui déteste cela.




Le Kallax sera allongé et servira dans les paniers bas pour les jouets, et dans les étagères hautes pour les livres.  J'ai pris les cintres en plastique que j'espère trouver en blanc, et non en bois, par choix mesuré et pour éviter toute blessure avec la partie en fer. C'est pas très écologique, mais bon, la sécurité avant tout.
Je suis en réflexion sur la mise ou non d'une armoire. Je n'ai pas trouvé mon bonheur chez Ikea (ça arrive) et la vieille commode customisée pour  Arthur fera bien l'affaire encore une fois ...

Maintenant il faut s'y mettre. Et dans la To do liste :

- peinture non toxique et lessivable à dénicher . J'en ai vu chez Castorama pour une trentaine d'euros.
- tissus pour les rideaux et petites décorations une trentaine d'euros, mais là encore, je vais essayer de dénicher des prix plus bas.
- tasseaux pour la "fabrication maison" de la petite penderie avec un peu de corde. Sur Pinterest il y a une foule de tuto, ou pour les petites maisonnettes quelques planchettes.
- Toiles, pour les tableaux tout doux, que j'ai décidé de peindre moi-même.

Et de l'huile de coude ... 
Et beaucoup d'huile de coude...


Voilà, j'espère que ce petit "cahier de style", vous aura plu. 
N'hésitez pas à partager en commentaires vos liens de blogs ou vidéo, si vous avez partagé les futures chambres de bébé.  Je me régale à voir les avant-après, et j'ai hâte que ce soit terminé pour faire une vidéo et un article "Room Tour".




L'article n'est  sponsorisé par aucune marque, c'est juste un partage de liens, d'informations et de choix ...